Le chlore : danger et bienfaits sur la santé

25 Sep 2019 0 commentaire Valérie Categories Par où commencer, Partie 1 : rappels théoriques

Présent dans l’organisme et les aliments sous forme de chlorure de sodium (sel), le chlore est un gaz à l’état naturel, indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Cet oligo-élément, principalement présent dans le parmesan, le pain et les huitres, doit être consommé à raison de 800 mg par jour pour garantir le transport du dioxyde de carbone dans le sang, et le maintien de l’équilibre acido-basique dans le corps. En savoir davantage sur le chlore nous permet de prévenir un déficit ou un surdosage, souvent néfaste à la santé.

 

Caractéristiques du chlore

Le chlore (Cl) est un gaz naturel qui n’existe pas à l’état libre dans la nature. Mais son sel, le chlorure est un des minéraux essentiels à l’organisme. Le corps d’un adulte contient environ 8,4 g de chlorure. On le retrouve surtout dans les liquides comme la lymphe, le sang, les sucs gastriques et aussi le liquide cérébro-spinal.

Plus connu sous le nom de sel de table dans notre vie quotidienne, le chlore possède des vertus gustatives. Il permet notamment la contraction des muscles, améliore la digestion et favorise les battements du cœur. On lui reconnaît également la capacité de réguler le flux sanguin, et d’assurer la transmission des impulsions nerveuses.

Les rôles du chlore dans l’organisme

L’organisme assimile le chlore avec le sodium, le long du tube digestif. Cet oligo-élément maintient la pression osmotique exercée dans les cellules. Combiné avec le sodium, il garantit l’intégrité de la structure membranaire.

Le chlore participe à la formation des sucs gastriques qui favorisent la digestion des aliments. A ce titre, il travaille en collaboration avec l’hydrogène.

Au niveau du système sanguin, le chlorure favorise le transport du dioxyde de carbone dans le sang. Il apporte également l’équilibre acido-basique dans l’organisme.

Le chlore représente en outre, le principal composant du liquide qui entoure le cerveau, le liquide cérébro-spinal.

Les besoins de l’homme en chlore

Le chlore n’est pas synthétisé par l’organisme, une alimentation saine et équilibrée assure un apport suffisant. L’homme a un besoin différent en chlorure, selon ses habitudes alimentaires, son mode de vie individuel, les variations climatiques auxquelles il est soumis et l’ethnie à laquelle il appartient. En raison des changements qui peuvent survenir au cours d’une vie, les apports nutritionnels conseillés en chlore évoluent de manière continue.

Par contre, l’homme doit limiter ses apports en chlorure de sodium, au risque de provoquer une hypertension et des œdèmes souvent fatals. D’une manière générale, la consommation quotidienne du chlorure excède les besoins qui se répartissent comme suit.

Age

Apport adéquat en chlorure (mg/jour)

Nourrissons de 0 à 6 mois

180

Enfants de 7 à 12 mois

570

Enfants de 1 à 3 ans

1500
Enfants de 4 à 8 ans

1900

Enfants de plus de 8 ans

2300
Adolescents

2300

Adultes moins de 50 ans

2300
Adultes de 51 à 70 ans

2000

Adultes plus de 70 ans

1800
Femmes enceintes et/ou allaitantes

2300

Le besoin en chlore des sportifs d’endurance et des individus qui travaillent en plein air, est légèrement supérieur. Il leur est conseillé de boire une eau enrichie en chlorure de sodium, soit un teneur de 1200 mg par litre.

Les aliments qui contiennent du chlore

La principale source de chlorure est le sel de cuisine. Mais presque tous les aliments en contiennent en quantité minimum. On trouve davantage de chlore dans les aliments d’origine animale, bien que les végétaux n’en soient pas complètement dépourvus. Parmi les aliments les plus riches en chlore, on retrouve les fruits de mer, les aliments industriels, la charcuterie, les chips, les soupes en tête et le jambon.

Les meilleures sources de chlorure

Aliments

Teneur en chlore (mg/100g)

Anchois à l’huile

6090
Anchois commun, mariné

5310

Bouillon de viande et légumes type pot-au-feu, dégraissé, déshydraté

28400
Biscuit apéritif

1420

Crevette cuite

1510
Chorizo supérieur, doux ou fort, type saucisse sèche

2480

Feuille de brick, cuite à sec sans matière grasse

2710
Hareng fumé, à l’huile

4610

Hareng fumé, au naturel

2910
Hareng fumé, filet, doux

2310

Jambon cru

3210
Jambon de Bayonne

2720

Jambon cuit

1330
Ketchup

1810

Moutarde à l’ancienne

2920
Olive noire à l’huile

4610

Œufs de lompe, semi-conserve

3000
Poitrine de porc demi-sel

3330

Pain de seigle

1050
Parmesan

1820

Roquefort

2600
Sel blanc alimentaire, iodé, non fluoré ou fluoré à 25 mg/100 g

60800

Sel marin gris, non iodé, non fluoré

53200
Saucisson sec

3000

Saucisson sec pur porc

2990
Truite d’élevage, fumée

2460

Carence en chlore

Le chlore étant présent dans tous les aliments, il est rare d’observer une carence chez un individu en bonne santé.

Les rares cas de déficit en chlore peuvent provoquer :

  • Des troubles nerveux : crises d’épilepsie ou de tétanie, agitation permanente accompagnée d’une fatigue intense voire un coma profond en cas de carence prolongée.
  • Des troubles digestifs : vomissements accompagnés d’une transpiration excessive, diarrhées.
  • Des troubles physiques : perte de cheveux et/ou de dents.

Excès de chlore

Les risques sont plus importants en cas d’excès en chlore. A défaut d’être cancérigène, l’excès de chlorure de sodium peut provoquer l’augmentation de la tension artérielle. Consommé à forte dose, le sel augmente les risques de cancer de l’estomac, car il irrite la muqueuse gastrique et facilite la colonisation par Helicobacter Pylori.

Chapitre suivant : le fer.
Chapitre précédent : le sodium.

Reprenez votre alimentation en main et ne manquez plus aucun nouveau chapitre du guide en vous abonnant à la newsletter Blooness 🙌